• Accueil
• Présentation
• Abécédaire des comparatistes de Paris Ouest Nanterre
• Équipes
- Littérature et Idée
- Mythopoétique
- Poétique du récit
- Espaces littéraires transculturels
- Musique et littérature
• Séminaires de recherches
• Séminaires de master
• Calendrier des manifestations
• Publications
• Membres
• Doctorants - thèses
 
Abonnement à notre
lettre d'informations
e-mail :
 

Abécédaire des comparatistes de Paris Ouest Nanterre
A B C D E G I K L M N O P R S T V W X Y
M comme
Mille et une nuits. Histoire curieuse d’une jeune femme qui, connaissant les livres du monde entier, sut utiliser son savoir pour mettre fin à une violence aveugle et obscurantiste. Allégorie possible du comparatisme nanterrois (et objet de mille et un cours et travaux tenant en haleine un public avide de sensations fortes). Carole Boidin a consacré sa thèse à une comparaison entre ce recueil et l’histoire antique d’un âne avide d’histoires à sensations, autre allégorie du comparatisme. Outre cette thèse, Carole Boidin a publié des articles dans plusieurs ouvrages collectifs consacrés aux Mille et une nuits et organisera en 2015 un colloque international consacré aux rapports entretenus par la théorie littéraire à ce recueil.
Musique. Bien représentée à Nanterre, l’étude des liens entre musique et littérature s’inscrit dans le sillage d’un comparatisme explorant les espaces d’intermédialités artistiques, autant que linguistiques ou culturelles. Un séminaire de recherche « musique et littérature : perspectives méthodologiques et voies de la recherche », organisé par Emmanuel Reibel en partenariat avec Béatrice Didier et l’Ecole Normale Supérieure, constitue depuis 2005 un observatoire de ce champ de recherche, dont certains travaux sont mis en ligne dans la revue Silène. De nombreux colloques et publications ont vu le jour : Faust ou la mélancolie du savoir (Desjonquères, 2003, dir. Jean-Yves Masson) ; Fascinations musicales. Musique, littérature et philosophie (Desjonquères, 2006, dir. Camille Dumoulié) ; Le Dictionnaire de musique de Rousseau et sa descendance européenne (Vrin, 2014, dir. Emmanuel Reibel). Des « rencontres musicales et littéraires » ont également été instituées à l’Université Paris Ouest en 2009 (actes publiés sur Fabula) et reprises tous les deux ans en partenariat avec d’autres universités. Dans le sillage de la thèse de Guillaume Bordry (« La musique est un texte » : histoire, typologie, et fonctions de la description littéraire de la musique, en particulier dans l’œuvre d’Hector Berlioz ») et de celle d’Emmanuel Reibel (L’Ecriture de la critique musicale au temps de Berlioz), plusieurs travaux ont porté sur la question des discours sur la musique, à l’image de la journée d’étude co-organisée par Guillaume Bordry sur la thématique « Musique, presse et littérature au XIXe siècle ».
Mythe. Il n’est pas exagéré de dire que le mythe, ce « rien qui est tout », selon Pessoa (« O mytho é o nada que é tudo »), a occupé et continue d’occuper tous les comparatistes de Nanterre : dès la première année de licence, les étudiants travaillent sur les mythes littéraires, qui font l’objet de multiples cours et séminaires tout au long du cursus de Lettres, et la mythocritique est par ailleurs l’un des champs de recherche que la Littérature comparée ne cesse de croiser (pour reprendre une expression de Pierre Brunel, le comparatiste « ne sort guère de cette demeure grandiose » qu’est le mythe). Livres, travaux et colloques se sont donc succédé à Nanterre, depuis Le mythe d’Œdipe (Colette Astier, A. Colin, 1974) jusqu’au récent séminaire de William Marx sur l’Histoire du mythe et de l’idée de littérature, « Mythographie du lettré » (2009-2012), en passant par les ouvrages de Véronique Gély, à qui l’on doit la création de l’équipe « Mythopoétique », et ceux de Camille Dumoulié, qui a dirigé, entre autres, Le Mythe en littérature. Mélanges offerts à Pierre Brunel (PUF, 1999, en collaboration avec Yves Chevrel). Si nombreuses sont les publications nanterroises sur le mythe qu’il est impossible de les citer de façon exhaustive. Aux côtés des colloques et travaux qui visent à explorer les réécritures de tel ou tel mythe littéraire (pour ne citer que le seul XXIe siècle : Dédale et Icare, de Michèle Dancourt, CNRS éditions, 2002 ; Faust ou la mélancolie du savoir, Jean-Yves. Masson dir., Desjonquères, 2003 ; L’invention d’un mythe : Psyché 2006 ; Ganymède ou l’échanson, 2008 ; Prénom : Médée, de Michèle Dancourt et Emmanuel Reibel, éd. Des femmes, 2010 ; Le Défi de Babel, 2001 et Babel, ordre ou chaos ?, 2010), figurent des travaux qui font intervenir un « troisième terme » dont les enjeux sont réexaminés à la lumière de la mythocritique : « mythe, littérature et désir » (Don Juan ou l’héroïsme du désir, de Camille Dumoulié, PUF, 1993 ; Le Désir, Littérales, n° 24, Camille Dumoulié dir., Université de Paris X-Nanterre, 1999) ; « mythe, littérature et musique » (Faust : la musique au défi du mythe, d’Emmanuel Reibel, Fayard, 2008) ; « mythe, Bible et littérature », ou encore « mythe, littérature et politique » (colloque en 2006 : Lectures politiques des mythes littéraires, Sylvie Parizet dir., Presses de Paris Ouest, 2009 ; séminaire de recherche dirigé par Véronique Gély, en collaboration avec Anne Tomiche et le centre de recherche de Paris 13 : Modernités antiques, Presses de Paris Ouest, 2013). Mais parce que le mythe, ce « poisson soluble dans les eaux de la mythologie » (M. Détienne) est sujet à caution, d’autres travaux enfin examinent les différentes approches critiques de cette « forme introuvable » : Eléments de Littérature comparée. II. Thèmes et mythes, Claude de Grève, Hachette, 1995 ; nombreux articles de Véronique Gély ; Mythe et littérature, troisième numéro de Poétiques comparatistes, Sylvie Parizet dir., Lucie éditions, 2008. On aimerait clore ici cette (trop brève, et lacunaire) énumération de façon plus poétique, avec Valéry : « Les mythes sont les âmes de nos actions et de nos amours »… Voir aussi Antiquité, Babel, Baroque, Désir, Bible, Ganymède, Musique, Politique.

Littérature et Poétique comparées - Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, UFR LLphi, Bât. L, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex