• Accueil
• Présentation
• Abécédaire des comparatistes de Paris Ouest Nanterre
• Équipes
- Littérature et Idée
- Mythopoétique
- Poétique du récit
- Espaces littéraires transculturels
- Musique et littérature
• Séminaires de recherches
• Séminaires de master
• Calendrier des manifestations
• Publications
• Membres
• Doctorants - thèses
 
Abonnement à notre
lettre d'informations
e-mail :
 

Abécédaire des comparatistes de Paris Ouest Nanterre
A B C D E G I K L M N O P R S T V W X Y
P comme
Périphérie. Construite « au-delà du périphérique », Nanterre est historiquement le lieu d’une réflexion sur les marges et leur rapport au centre. Les comparatistes, tant par leurs méthodes que par leurs domaines de recherche, n’y font pas exception à la règle. Rapports Orient/Occident, mondialisation, transferts culturels, identités et genres… autant de directions explorées dans leurs ouvrages, colloques, séminaires et cours. J.-M. Moura, membre du CSLF, qui a publié divers ouvrages sur la littérature de voyage et l’exotisme, et qui participe à l’axe « Espaces littéraires transculturels », travaille quant à lui dans le champ des post-colonial studies (Littératures francophones et théorie postcoloniale, P.U.F., 2013). Si les notions de « centre » et de « périphérie » sont elles-mêmes historiques et soumises à constante réévaluation, certaines littératures, peu étudiées dans le champ comparatiste français, font l’objet de thèses originales : littératures lusophones du Brésil, mais aussi du Mozambique, comme dans la thèse en cours de Fernanda Vilar, ou turque, comme dans celle d’Elise Duclos sur Pamuk et l’intertextualité européenne, ou encore du Pacifique. Voir aussi Brésil, Occident, Orient, Russes, Tsiganes, Weltliteratur.
Philosophie. Depuis Platon, pour qui le différend qui oppose poète et philosophe est aussi ancien que fondamental, jusqu’à la naissance de l’idée de Littérature, dans son sens moderne (voir « Littérature »), philosophie et littérature ont un destin conjoint. Paradoxalement, alors que Kant et Hegel annonçaient la fin de l’art et des Belles Lettres, c’est la philosophie qui est parvenue à un terme historique et la littérature qui a constitué sa relève. Au point qu’au XXe siècle l’une et l’autre, selon le vœu de Victor Hugo, se trouvèrent « mêlées » et que les philosophes ont emprunté aux écrivains nombre de leurs concepts. La littérature générale et comparée, comme méthode et comme discipline, s’inscrit dans cette époque moderne de la Littérature. Elle est autant le fruit de ce mutuel engendrement que de cet éternel conflit. Dès lors, il lui appartient de penser dans l’entre-deux des discours et des théories, sinon d’être une pensée de l’entre-deux. Elle étudie les liens qui unissent l’éthique et l’esthétique, l’idée et l’image, la fiction et la vérité, le concept et le percept. A quoi et comment pense la littérature ? En quoi cette dernière a-t-elle repris à la philosophie la question des fins ? Tels sont les enjeux comparatistes d’une interrogation, aujourd’hui, sur les liens qui unissent la littérature et la philosophie. Ils se retrouvent dans le livre de Camille Dumoulié, Littérature et philosophie. Le gai savoir de la littérature (A. Colin, 2002), dans celui de William Marx, L’Adieu à la littérature : histoire d’une dévalorisation (xviiie-xxe siècle) (Éditions de Minuit, 2005), ou dans celui de Frédérique Leichter-Flack, Le Laboratoire des cas de conscience, 2012). Mais ils font aussi l’objet d’une recherche collective dont témoignent le recueil La fabrique du sujet. Histoire et poétique d’un concept (Editions Desjonquères, 2011), Littérature et philosophie de Philippe Zard et Anne Tomiche (Artois Presses Université, 2002) et des sujets de thèse parmi lesquels David Herbert Lawrence et Georges Bataille, l’érotisme et le sacré, par Juliette Feyel et Le nomadisme. Histoire d’une représentation entre littérature et philosophie, par Emile Rat.
Poésie. Plus c’est difficile à traduire, mieux la différence des langues et des cultures se laisse appréhender : la poésie est la pierre de touche du comparatisme. Historiquement incarnée au Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées par les deux figures de poètes professeurs Colette Astier (poète sous le nom de Gabrielle Althen), qui a dirigé notamment le volume Poésie et Mystique (Littérales, n° 23, 1998), et Jean-Yves Masson, auteur, entre autres travaux, de Hofmannsthal, renoncement et métamorphose (Verdier, 2006), la poésie a fait l’objet plus récemment de séminaires organisés notamment par William Marx (sur le postsymbolisme et le modernisme) ainsi que d’une thèse de Florian Mahot Boudias sur la poésie politique dans l’entre-deux-guerres (autour d’Aragon, Auden et Brecht). Un autre doctorant, Mathieu Perrot, prépare une thèse sur la tentation anthropologique dans la poésie française et américaine du surréalisme à la Beat Generation. Plusieurs thèses soutenues récemment, comme celle de Joanna Rajkumar (Les limites du langage d’un siècle à l’autre, sur Baudelaire, Hofmannsthal et Michaux), ou celle d’Ilena Antici, qui comparait Proust à Montale et Salinas, se situaient également dans cette tradition, alliant poésie comparée et réflexion sur la traduction. Un colloque international sur le poète Claude Vigée a par ailleurs été organisé à Paris Ouest en 2010 (Là où chante la lumière obscure… Hommage à Claude Vigée, Sylvie Parizet dir., éd. du Cerf, 2011), poète qui avait déjà publié en 2006 un recueil d’ essais et d’entretiens en collaboration avec Sylvie Parizet (Les Portes éclairées de la nuit, éd. du Cerf). Voir aussi Russes, Traduction.
Proust. Celui qui voyait en L’Idiot de Dostoïevski « le plus beau roman » qu’il connaissait fut sans doute, par les écrivains de son temps, l’un des plus passionnés par la littérature étrangère, qu’il lisait en traduction. Proust fasciné par la littérature étrangère, Proust vu de l’étranger, comme un étranger, c’est cette triple perspective qui a justifié un programme de recherche comparatiste qui s’est développé pendant plusieurs années à Nanterre et dans d’autres Universités européennes. Avec Vincent Ferré (Paris 13, puis Paris 12), Karen Haddad a organisé, entre 2007 et 2013, une série de journées d’étude et un colloque (actes publiés dans Proust, l’étranger, CRIN, 2010, et « Proust, dialogues critiques », http://www.fabula.org/colloques/index.php?id=2156). Le centenaire de Du côté de chez Swann, quant à lui, a été célébré d’abord aux Pays-Bas avant de l’être à Nanterre, dans le cadre d’un partenariat Hubert Curien avec l’Université de Nimègue, donnant ainsi à la notion de décentrement tout son sens (voir http://www.revue-relief.org/index.php/relief). Pendant cette période enfin, plusieurs thèses sur Proust et des auteurs étrangers ont été soutenues à Nanterre, dont deux en co-tutelle avec l’Italie (Ilena Antici, sur Proust, Montale et Salinas, Elisabetta Abignente, sur Proust, Mann et Garcia Marquez, Sandra Cheilan, sur Proust, Woolf et Pessoa) : on n’en a pas fini avec les lectures comparatistes de Proust. Voir aussi Périphérie, Traduction.
Psychanalyse. Les liens sont étroits entre l’interprétation psychanalytique et l’herméneutique littéraire, comme en témoignent les nombreuses références de Freud et de Lacan à la littérature. L’analyse des rêves, lesquels obéissent aux lois de la métaphore et de la métonymie, constitue une véritable poétique de l’inconscient. Les scénarios fantasmatiques s’élaborent sur « une autre scène » qui possède ses règles et sa dramaturgie. Le compte rendu d’une psychanalyse s’apparente à une nouvelle d’Edgar Poe ou à une enquête policière. Il est normal qu’en retour l’analyse littéraire, se développant dans le champ des sciences humaines, emprunte à la psychanalyse sa méthode et ses concepts, sans avoir pour autant la prétention de psychanalyser les auteurs ni les textes. La littérature comparée, qui met au jour des invariants et des typologies de l’imaginaire, qui étudie les mythes et les genres, qui se consacre aux transferts culturels et aux représentations de l’autre, trouve dans la psychanalyse un apport théorique et critique essentiel. Certains ouvrages de Camille Dumoulié en donnent l’exemple : Cet obscur objet du désir. Essai sur les amours fantastiques, L’Harmattan, 1995 ; Fureurs. De la fureur du sujet aux fureurs de l’histoire, Anthropos-Economica, 2012. Mais cette approche intéresse aussi bien la recherche collective que celle des doctorants (voir Désir).

Littérature et Poétique comparées - Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, UFR LLphi, Bât. L, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex