• Accueil
• Présentation
• Abécédaire des comparatistes de Paris Ouest Nanterre
• Équipes
- Littérature et Idée
- Mythopoétique
- Poétique du récit
- Espaces littéraires transculturels
- Musique et littérature
• Séminaires de recherches
• Séminaires de master
• Calendrier des manifestations
• Publications
• Membres
• Doctorants - thèses
 
Abonnement à notre
lettre d'informations
e-mail :
 

• Colloque international

Littératures, ruptures, contrats

17-18 septembre 2012,
Université de Cadix (Espagne)

Présentation Les 17 et 18 septembre 2012, le groupe international de recherches LEA ! (Lire en Europe Aujourd'hui, www.ru.nl/lea) organisera son troisième colloque international sur le thème : Littératures, contrats, ruptures, à l'Université de Cadix.
Comité d'organisation : Lola Bermudez (Cadix), Andrea Del Lungo (Lille), Vincent Jouve (Reims), Karen Haddad (Paris), et Franc Schuerewegen (Anvers, Nimègue)
Le colloque est organisé avec le soutien de groupe international LEA !, de l'Université Radboud de Nimègue, du NWO (Pays-Bas) et de l'Université de Cadix.

Participants

Programme Le pacte de lecture, scellé entre un écrivain et son lecteur, souvent de manière implicite, est une notion qui a permis de décrire sur quelles bases le lecteur engageait sa croyance dans le monde proposé par l'œuvre, ceci en déployant des cas, dans lesquels narrateurs et narrataires intervenaient pour raffiner la logique du pacte. Le pacte romanesque sollicite l'immersion du lecteur dans l'histoire - et peut en préciser les conditions, par le biais du paratexte ou de figures comme la métalepse ; le pacte autobiographique met un jeu un contrat de vérité, que la littérature de témoignage reprend à sa manière. Ce pacte ou ces pactes évoluent en effet avec l'histoire littéraire : peut-on faire leur propre histoire ? Faut-il tirer le bilan d'une approche critique qui ne serait plus pertinente, ou qu'il s'agirait de transformer ? La littérature mondiale et la non fiction amènent sans doute, pour le moins, à en redéfinir les termes, cependant que le dialogue interdisciplinaire toujours plus florissant, sous l'influence des cultural studies, rappelle combien la littérature est aussi engagée dans des contrats de types juridiques. Droit de la création entravé pour procès intenté au nom de la protection de la vie privée, remise en question de la notion d'autorité, évaluation juridique de la fictionnalité et de ses conséquences, multiplication des procès pour plagiats à l'ère des textes en ligne accessibles par tous... : contrats et ruptures relèvent d'une sociologie, voire d'une anthropologie de la littérature qui expriment aussi, en retour, les spécificités de celle-ci dans une société en mutation.
La constitution libérale adoptée il y a deux cents ans à Cadix, inspirée par les constitutions adoptées aux Etats-Unis et en France à la fin du siècle des lumières, distinguait pouvoir exécutif et pouvoir législatif et constituait une démarche importante dans le constitutionnalisme européen du XIXe siècle. Rompre et instituer : la littérature, configuration du monde et de ses mutations révolutionnaires ou imperceptibles, est elle aussi parfois dite constituante. Aujourd'hui, alors que fleurissent les essais sur les valeurs et la fonction de la littérature, un colloque sur les pactes, les contrats et les ruptures qu'elle engage invite à un bilan historique aussi bien que prospectif sur ses pouvoirs et ses limites.

Organisation et contact : Karen Haddad (karen.haddad@sfr.fr)


Retour vers la liste des manifestations

Littérature et Poétique comparées - Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, UFR LLphi, Bât. L, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex